Mots-clefs

, , ,

Dans mon livre, je cite les travaux de Victor Klemperer qui sont très pertinents aujourd’hui pour nous permettre de comprendre comment le discours ambiant en vient à conditionner notre représentation du monde et de nous-mêmes. De l’arrivée d’Hitler au pouvoir en 1933 jusqu’à la capitulation allemande en 1945, ce professeur d’université a survécu au régime nazi et a tenu, en secret à Dresde, un journal dans lequel il rapporte ses pensées et raconte sa vie quotidienne.
Ainsi il déclare: « Les mots peuvent être comme des petites doses d’arsenic. On les avale sans prendre garde, ils ne semblent faire aucun effet. Et voilà qu’après un certain temps l’effet toxique se fait sentir.»
Et aujourd’hui quels sont ces mots qui nous font lentement sombrer dans une dictature beaucoup plus subtile qui est celle de la « perfection » de soi ?

Voici un lien vers un documentaire passionnant sur cet homme diffusé à ARTE